Le calendrier de l’Avent de Valérie Binet : l’alimentation en pleine conscience

Dans 15 décembre 2020

Valérie Binet, diététicienne nutritionniste, vous propose une recette ou une astuce par jour du 1er au 24 décembre, à tester selon vos envies ou bien à mettre de côté pour plus tard dans l’année : pour se faire plaisir tout en se faisant du bien !


Aujourd’hui force est de constater que nous n’accordons plus à notre alimentation l’attention qu’elle mérite et cela peut nuire à notre santé : surpoids, diabète, troubles digestifs, surconsommation, régime drastiques et leurs dangers, trouble du comportement alimentaire, etc.

Nous mangeons sans faire attention à ce que nous mangeons. Et si nous étions pleinement conscients lorsque nous mangeons ? Manger sans y prêter attention augmenterait de 30% nos apports alimentaires ! De plus, certains facteurs perturbent la perception de nos sensations alimentaires et nous avons parfois perdu le plaisir de manger :

– Notre éducation qui nous pousse à finir notre assiette même si l’on a plus faim
– Les régimes restrictifs qui font naître la culpabilité en lien avec aliments « interdits »,
– Les émotions qui nous dirigent vers des envies de manger compulsives pour nous réconforter, c’est ce que l’on appelle “les kilos émotionnels” ou “manger ses émotions”,
– Le stress qui libère des hormones (dont le cortisol) qui augmentent l’appétit,
– La publicité qui nous incite à manger des aliments gras, salés, sucrés en dehors des repas,
– La taille de nos assiettes qui a augmenté…

Manger en pleine conscience, c’est ouvrir la conscience de notre esprit à nos aliments et à notre corps, aussi bien avant de manger qu’en mangeant et après avoir mangé. Cette façon de s’alimenter ne comporte aucun jugement, elle est au contraire chargée de bienveillance. C’est une ouverture à soi, aux personnes qui nous entourent, à nos émotions.

Dès que nous sommes conscients d’une chose, cette chose à déjà commencé à se transformer. C’est cette conscience, ajoutée à de légers changements dans nos comportements automatiques, qui peut mener à de grands changements avec le temps.

Comment s’y prendre ?

Apprendre à évaluer la faim de son estomac et de ses cellules avant de manger, en mangeant et après avoir mangé.

Quand vous commencez à manger ou boire, soyez totalement présent au moins à vos 3 premières bouchées ou gorgées. Choisissez de manger de petites portions, en essayant d’évaluer ce qu’est une “quantité juste”. Ne remplissez pas entièrement votre estomac, faites ce travail d’écouter vos sensations et de vous laisser guider progressivement par votre satiété, tout simplement par votre estomac. Pour cela, mangez lentement, en savourant vos bouchées, faites des pauses entre les bouchées, mastiquez. N’attendez pas de vous sentir “plein” pour arrêter de manger, mais au signal de “je n’ai plus faim”, tout simplement.

À l’approche des fêtes de fin d’année…

Les repas de fin d’année sont souvent l’occasion de se réunir autour de la table, de goûter des saveurs différentes, de sortir du quotidien avec des plats savoureux et festifs. On mange alors différemment et plus que d’habitude. Réaliser que l’on peut se faire plaisir avec toutes ces bonnes choses sans se les interdire, au contraire en les appréciant, on prenant conscience qu’il a fallut du temps pour les préparer. Essayez juste de ne manger que les justes quantités.

On ressort très souvent de ces repas complètement rassasié, voire lourd avec une sensation de trop plein… Et si cette année, vous preniez plaisir à vous faire plaisir avec tous ces bons plats mais en pleine conscience ! si vous décidiez de manger de tout mais en quantité juste. Cette juste quantité de nourriture qui vous satisfait, et qui fait que vous sortez de table plus léger que d’habitude, satisfait à l’idée d’avoir pris soin de vous, de votre corps, de vos organes tout en écoutant vos émotions, votre plaisir de manger.

Ce n’est pas en mangeant de grosses quantités que l’on se fait plaisir. Alors, avant les repas de fêtes, avant même l’apéritif, prenez une pause, prenez le temps de vous interroger sur votre faim, vos émotions, ce que vous ressentez au moment présent, prenez les temps d’apprécier ce que vous êtes en train de manger. Prêtez une attention particulière à la nourriture que vous allez manger : en prenant le temps de la regarder avec vos yeux, de la sentir avec votre nez, de la toucher avec vos doigts et enfin de la goûter et d’interroger vos papilles….

 

Ce n’est pas un exercice facile mais il suffit d’y accorder quelques instant chaque jour, et votre rapport à l’alimentation peut changer.

La pleine conscience ne signifie forcément de manger lentement ou de s’arrêter ou de s’isoler des autres au contraire. Manger en pleine conscience, c’est être présent. Observer nos pensées qui s’évadent et s’amuser à les ramener ici et maintenant, sans les juger.

© Freepik

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.