MENU

L'Officiel du Thermalisme - logo

Manuscrit de Voynich : un chercheur anglais lève le voile !

Dans Actualités, Curiosités, Thermalisme 17 mai 2019

Réputé indéchiffrable depuis plus de 100 ans, le manuscrit de Voynich aurait été livré ses mystères et parlerait de thermalisme.

Le mystère du manuscrit de Voynich aurait enfin été élucidé. Vieux de près de 600 ans, ce document était connu comme particulièrement indéchiffrable… du moins jusqu’au 29 avril dernier !

Gerard Cheshire, docteur en langues et linguistique de l’université de Bristol (Royaume-Uni), affirme avoir compris le langage utilisé. Il a effectivement publié à cette date une étude intitulée Explication de la langue et du système d’écriture de MS408 (Voynich). MS408 étant le code attribué à la publication quand elle a été enregistrée à la bibliothèque Beinecke de l’université de Yale, aux États-Unis.

À l’origine du mystère

Mais avant d’entrer dans les détails et de vous livrer le contenu du texte, un peu d’histoire… Écrit dans un dialecte inconnu jusqu’alors, le livre est mentionné pour la première fois en 1912. Date à laquelle il est acheté, à Rome, par un antiquaire polonais : Wilfred Voynich. Cependant, ce n’est qu’en 1915 que le grand public en prend connaissance. Dès lors, il captive les foules.

L’objet suit son propriétaire lors de ses déménagements successifs en Europe, puis à New-York. À la mort de l’antiquaire, il passe entre les mains de son épouse, Ethel Voynich, puis d’un libraire nommé Hans P. Kraus qui finira par le donner à la bibliothèque de Yale en 1969.

La publication acquiert alors, auprès des universitaires, une incroyable réputation fondée sur l’incapacité des chercheurs à le déchiffrer.

Une énigme qui va faire naître, autour de l’auteur du texte et de son contenu, un certain nombre de théories incluant des personnalités historiques, de la magie, des langages secrets, des complots religieux et même des messages extraterrestres. La NSA (Agence nationale de la sécurité américaine) est même allée jusqu’à collaborer avec un expert allemande en codes secrets, persuadé que le document contenait des messages de propagande communiste.

 

Un langage moins énigmatique qu’attendu

Après plus d’un siècle de tentatives infructueuses, c’est donc un chercheur anglais qui aurait trouvé la clé du manuscrit. « Identifier le langage et comprendre le système d’écriture ont demandé une certaine ingéniosité et une réflexion latérale, mais les deux ont été dûment révélés », affirme Gerard Cheshire, très modestement.

La première découverte tient de l’écriture utilisée. Il ne s’agirait pas d’un langage délibérément codé, mais d’une forme populaire du latin, principalement utilisé au début du Moyen Âge, pendant la période suivant la chute de l’Empire romain.

Par ailleurs, une carte dans le livre a permis de le situer au XVe siècle. Une datation au carbone 14 offre une indication plus précise, entre 1404 et 1438.

Mais aussi de fournir son origine géographique. Il aurait donc été produit sur l’Île d’Ischia, près de Naples en Italie.

Maintenant que la date et le lieu sont élucidés, qu’en est-il de l’auteur ? Chesire déclare que le texte a été rédigé par une sœur dominicaine pour Marie de Castille, reine d’Aragon (Espagne), qui a occupé le trône de 1416 à 1458.

 

Lumière sur le contenu

Après tant de suspense, il est temps de lever le voile sur le contenu du manuscrit Voynich ! Selon le docteur en linguistique, ce serait en fait un recueil d’informations sur les remèdes à base de plantes, les bains thérapeutiques et l’astrologie. « En définitive, le manuscrit s’avère remarquable, mais dans un sens académique, pas pour des raisons sensationnelles ou fantaisistes », précise Cheshire.

Le document contient, par exemple, des illustrations représentant des femmes se baignant dans les sources chaudes volcaniques de l’Île d’Ischia, mais aussi des images de la reine Marie de Castille menant des négociations commerciales en pleine baignade. Le contenu met en avant la baignade comme un mode de vie, une manière de se purifier physiquement et spirituellement, une source de relaxation et de loisir.

 

Un mystère complètement élucidé ?

Si l’énigme semble résolue, l’intégralité du texte n’a pas été traduite. Il faudra donc attendre quelques temps pour connaître le contenu entier du fameux manuscrit.

Et pour certains scientifiques, le langage découvert par Cheshire n’existe pas. Ils remettent donc en cause sa découverte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer