MENU

L'Officiel du Thermalisme - logo

Pourquoi la boue pendant une cure thermale ?

Dans Curiosités, Médecine, Santé, Thermalisme 11 mars 2019

La boue fait partie des classiques de la cure thermale.  Et à juste titre, car elle est un médicament naturel reconnu depuis l’Antiquité de par ses propriétés.

De quelle boue parle-t-ton ?

La boue utilisée lors d’une cure thermale n’est, bien sûr, pas la même boue que vous essuyez de vos bottes. La boue thermale est un mélange d’eau minérale thermale, d’un matériau minéral comme l’argile ou de limon, de composés biologiques et/ou végétaux.

Le saviez-vous ? Connu depuis lAntiquité, le péloïde tire son nom de deux mots grec, pélos signifiant « noirâtre » et eidos, « aspect »

Il existe plusieurs types de boues, bien sûr suivant leurs origines, mais aussi selon leur modes de préparation et la variabilité du mélange :

  • Les péloïdes, ou boues maturées, car soumises à un processus de maturation dans une eau minérale naturelle et chaude, permettant le développement des bactéries (cyanobactéries, thiobactéries) et des composés organiques, tels les algues ou le humus. Ainsi, cela attribue à ce type de boue des propriétés thérapeutiques ou cosmétiques, voire les deux. En outre, le péloïde peut être d’origine naturelle, c’est-à-dire maturé naturellement sur le site de prélèvement, ou bien provenir d’une maturation artificielle (temps de contact, température, brassage, ajouts d’additifs, systèmes ouverts ou fermés, etc.)
  • Les boues thermales extemporanées: non maturées, elles sont préparées juste avant leur application cutané Ainsi, et à la différence des péloïdes, elles ne contiennent aucune bactérie ou algue. Ce sont les boues majoritairement utilisées dans les établissements thermaux.

Quelles sont les applications de la boue thermales ?

Les soins à base de boue thermale peuvent se faire en :

  • En cataplasmes: enveloppée dans un textile perméable, la boue est appliquée en local ou sur tout le corps, à une température supérieure à celle du corps. On laisse la boue refroidir, pour une durée du soin minimum de 10 minutes, durée prévue par la Sécurité Sociale, mais le plus souvent de 15 à 20 minutes.
  • En bain ou en illutation (directement sur la peau), en local ou général. Ici, la température de la boue, sa durée d’application, l’orientation thérapeutique sont des paramètres importants, et notamment, pris en compte par la Sécurité Sociale dans ses grilles de prises en charges des soins.

Les soins sont principalement utilisés pour la rhumatologie (RH), les séquelles de traumatismes et la phlébologie (PHL). Par ailleurs, des applications localisées peuvent être réalisées pour certaines dermatoses (DER), mais également dans le cas d’affections digestives (AD) sur l’abdomen et d’affections bronchites chroniques (VR) sur le thorax.

Les boues thermales sont aussi utilisées dans certains cas relevant de la neurologie (NEU), des affections urinaires et maladies métaboliques (AU), ou encore des troubles du développement de l’enfant (TDE).

En gynécologie (GYN), les applications intravaginales existent mais sont très rarement réalisées en France.

Vous avez déjà effectué des soins à base de boues thermales ? Nous souhaiterions recueillir votre témoignage, cliquez ici pour nous contacter !

© Corentin Mossière (Image à la une : illutation de boue à Préchacq-les-Bains)/ ©Corention Mossière (Illutation de boue à Saint-Amand-les-Eaux) / ©Jean-Marc Gourdon (Bain de boue thermale).

 

2 commentaires

  • J’ai commencé une cure thermale pour l’arthrose. Je suis sujette aux migraines et névralgies. Je n’en ai pas tous les jours, heureusement ! Mais est-ce que les applications de boue thermale sont contre-indiquées en cas de migraines, maux de tête ?
    Merci pour votre réponse.
    D. Le Bellec

  • Bonjour,

    les applications de boues thermales font partie intégrante de la cure thermale et il existe des contre-indications générales ou des facteurs limitants la pratique de soins thermaux.

    Dans le cas de douleurs que vous pensez liées à un ou plusieurs soins de la cure thermale, comme l’application de boue, parlez-en à votre médecin prescripteur avant votre séjour ou au médecin thermale pendant la cure, qui peut être un spécialiste en médecine générale ou spécialiste d’appareils.

    C’est en effet au médecin prescripteur de juger de l’absence de facteurs limitant les pratiques hydrothermales (problèmes cardiovasculaires ou respiratoires, ne permettant pas la balnéation, allergie à certains minéraux, etc.), ou de l’absence de contre-indications générales telles que :

    – les altérations sévères de l’état général ou les affections débilitantes ;
    – l’insuffisance cardiaque grave, l’hypertension artérielle labile ;
    – l’insuffisance veineuse : contre-indication à la balnéothérapie tout particulièrement en eau chaude ;
    – les lésions cutanées non cicatrisées (plaies, escarres, eczéma) ;
    – les maladies contagieuses ou évolutives ;
    – les cancers récents.

    L’Officiel du thermalisme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer