L’eau dans tous ses états : L’eau thermale

Dans , 21 avril 2020

Chaque mardi, notre rendez-vous autour de l’eau. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser nous le demander !


Par Michel Bontemps

Fondateur et directeur général du Concours international des Eaux Gourmet AQUAE-Paris 2020.
Expert international des Eaux Gourmet et de santé

 


 

L’eau thermale


Depuis 2 000 ans, les eaux thermales sont utilisées à des fins thérapeutiques. En France, on dénombre 1 200 sources d’eau thermale. Voyage au centre de la Terre…

Le saviez-vous ?

Une eau dite « thermale » est une eau minérale naturelle dont la composition particulière en minéraux lui confère des qualités thérapeutiques. Elle est de ce fait reconnue par l’Académie nationale de médecine.

L’appellation « eau thermale » est délivrée par le ministère de la Santé. D’origine souterraine, les eaux thermales proviennent du plus profond de notre Terre. Véritable machine thermique, le centre de la Terre renferme nombre de nappes et de gisements naturels. Dans cette zone tumultueuse en constante révolution, une circulation de matières est constatée : certaines se dirigent vers le noyau de la Terre (descendant), d’autres remontent vers la surface de la Terre (ascendant). En traversant cet environnement, l’eau se charge en éléments chimiques et en minéraux, qui diffèrent selon la composition du sol.

3 types d’eaux thermales

L’origine et la température d’une eau minérale thermale déterminent ses propriétés physiques et son classement dans une catégorie : 

Les eaux minérales superficielles (dites « neptuniennes »)

Ces eaux de surface, généralement froides (entre 7 et 15 °C), proviennent des précipitations. L’eau de pluie s’infiltre dans la roche et se charge en minéraux. Ces eaux sont surtout utilisées pour un usage interne (la boisson).

Les eaux profondes (dites « plutoniennes »)

Elles surgissent des profondeurs et sont issues du magma et des gaz qui le composent. En remontant à la surface, elles se refroidissent, ce qui provoque une condensation. Elles sont connues pour leur température élevée (entre 30 et 50 °C) et peuvent même monter jusqu’à 80 °C. On parle alors d’eaux « hyperthermales ». Elles s’avèrent très efficaces pour les traitements par inhalation, ainsi que pour les bains de courte durée et les douches.

Les eaux mixtes

Ce sont les eaux résultant de la rencontre entre les eaux profondes et les eaux superficielles au moment de la condensation. Leur température varie entre 25 et 34 °C. Elles sont particulièrement indiquées pour les bains de longue durée.

Classification des eaux

Les eaux thermales sont classifiées par les scientifiques en tenant compte de leur origine géologique, de leur température et de leur composition minérale et chimique. Le taux de minéralisation, et donc la teneur en anions et en cations, définit le classement de chaque eau.

En France, le taux de minéralisation (résidu sec) varie entre 40 mg et 2 500 mg. En fonction de ce taux de minéralisation, une eau thermale sera recommandée pour telle ou telle pathologie. Par exemple, une eau sulfureuse sera particulièrement conseillée en rhumatologie ou pour les voies respiratoires. Les eaux bicarbonatées, elles, seront usitées pour faciliter la digestion.

On compte 5 groupes d’eaux thermales :

– les eaux bicarbonatées ou carbogazeuses ;

– les eaux sulfatées calciques ;

– les eaux chlorurées ;

– les eaux sulfurées ;

– les eaux oligométalliques.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous la caractéristique de l’eau de votre station thermale préférée !

Rendez-vous mardi prochain pour une nouvelle chronique : « Ces oligo-éléments qui composent l’eau minérale ».

 

© David FROBERT – Source du Par – Chaudes Aigues

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.