Cancer du sein : les thermes de Balaruc-les-Bains signent un partenariat avec l’Institut du Cancer de Montpellier

Dans 5 décembre 2022

Signature de la convention de partenariat entre Balaruc et ICM

Signature de la convention entre Paul-François Houvion (thermes de Balaruc-les-Bains) et Marc Ychou (ICM) © Thermes de Balaruc-les-Bains

Le 1er décembre 2022, les thermes de Balaruc-les-Bains (Hérault) et l’Institut du Cancer de Montpellier (ICM) ont signé une convention de partenariat afin d’inclure la médecine thermale dans le parcours des patientes en phase de rétablissement d’un cancer du sein et d’en évaluer les bienfaits. 

Ce partenariat entre le centre thermal de Balaruc-les-Bains et l’ICM  s’intègre dans le parcours « NovaSein », développé en septembre 2020 par l’Institut avec le soutien de la mutualité AG2R LA MONDIALE et destiné à l’accompagnement des femmes prises en charge pour un cancer du sein. L’idée est de leur proposer des soins individualisés, pour améliorer leur qualité de vie après la maladie.  

En parallèle, les thermes de Balaruc-les-Bains ont récemment mis en place un programme de soins spécifiques destiné à accompagner les patientes ayant suivi un traitement contre le cancer du sein. Son objectif : diminuer les effets des traitements, générant parfois des brûlures ou autres problèmes cutanés, des douleurs diffuses ou encore des troubles du sommeil. Pour la réalisation de ce programme thermal, le centre a signé une convention de financement avec la CPAM. Son programme de soins s’appuie sur les conclusions de l’étude thermale PACThe. 

Des soins thermaux intégrés au parcours Novasein 

La convention de partenariat entre les deux entités permet d’inscrire l’offre de soins thermaux au parcours Novasein. Cette offre sera exclusivement proposée aux patientes traitées pour un cancer du sein sous hormonothérapie et en phase de rétablissement. Dans les faits, la convention permet : 

  • la formation et l’accompagnement des équipes pluridisciplinaires des thermes de Balaruc-les-Bains (médecins thermaux, agents thermaux, etc.) par le personnel de l’ICM afin d’assurer une continuité dans la prise en charge des patientes ; 
  • la mise en place d’un projet de recherche afin d’évaluer l’impact du thermalisme sur les effets secondaires des traitements du cancer du sein et la qualité de vie des patientes ; 
  • l’élaboration de programmes d’éducation thérapeutique ; 
  • l’accompagnement des aidants grâce à des ateliers d’éducation thérapeutique, mais aussi un accès au spa thermal du centre pour profiter d’un moment de relaxation ; 
  • un accès spécifique aux thermes pour les personnels soignants de l’ICM qui pourront se ressourcer à l’occasion d’une cure courte allant de un à trois jours. 

« À travers ce partenariat pionnier avec les thermes de Balaruc-les-Bains, nous souhaitons compléter le parcours après cancer d’une offre de soins qui sera encadrée et évaluée par nos équipes médicales », déclare le Professeur Marc Ychou, Directeur Général de l’ICM. 

Des cures proposées minimum 6 mois après l’arrêt des traitements

L’ICM précise que les patientes se verront proposer ces soins thermaux lors de leur bilan post-cancer à trois mois, tandis que les soins pourront être prodigués six mois après la fin des traitements. La proposition devra être validée par l’oncologue référent. Le médecin thermal, en charge de la cure au sein des thermes, transmettra au médecin traitant un compte-rendu de la prise en charge. Un suivi de la patiente sera réalisé systématiquement par l’ICM à l’issue de la cure. 

© AdobeStock


Source : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.