Bientôt une cure thermale pour les anciens malades du COVID-19 ?

Dans , 15 février 2021

Femme qui tousse
Nous le savons tous maintenant, certains symptômes du coronavirus peuvent être persistants même après la guérison. La filière thermale travaille activement pour permettre la prise en charge du « syndrome post-COVID » en cure thermale.

Vous avez contracté le coronavirus et ressentez encore la présence de certains symptômes bien que vous soyez guéri ? Les cures thermales pourraient constituer un véritable allié dans la lutte contre ces séquelles afin de vous aider à mieux les gérer et les diminuer.

Comme l’explique le Pr Christian-François Roques-Latrille, membre de l’Académie nationale de médecine, « [la] médecine thermale peut contribuer à prendre utilement en charge les patients dont l’état associe douleurs, fatigue, anxiété, manque de force musculaire et amaigrissement ». Mais comment exactement ? On vous explique.

Lire aussi :  Cure thermale et crise sanitaire : L'Officiel du Thermalisme est là pour vous accompagner

Une cure thermale pour traiter la fatigue…

L’un des symptômes les plus persistants après la contraction du COVID-19 est la fatigue constante. C’est ici que la médecine thermale entrerait en jeu, et le Dr Martin Gehlen, rhumatologue allemand, propose une méthode en trois temps reposant en complément de la cure.

La première approche consisterait à activer le nerf sympathique pendant la matinée, grâce à des exercices en extérieur et à la cryothérapie (application de froid sur une zone pathologique du corps) ou bien à la méthode Kneipp (bains d’eau froide entre 0 et 18 °C). Le deuxième temps suivrait dans l’après-midi : le but cette fois-ci étant de réduire l’activation du nerf sympathique, grâce à la relaxation notamment. Enfin, la dernière étape consisterait à stimuler le nerf parasympathique avec une activité physique modérée ou des bains de pieds, par exemple.

Ces traitements en eau thermale peuvent d’ailleurs être utiles pour prendre en charge les séquelles psychologiques de la pandémie chez des individus n’ayant pas contracté le virus. On pense, par exemple, aux professionnels de santé qui souffriraient de burn-out, à la suite du stress subi au quotidien avec la crise sanitaire.

Lire aussi :  Faut-il partir en cure thermale malgré la pandémie ?

… mais aussi les douleurs articulaires post-COVID

Autre aspect qui peut être traité par la crénothérapie : les douleurs articulaires et le manque de force musculaire. Les bains carbogazeux ainsi que les bains de boues seraient alors efficaces. Leurs effets en réadaptation physique et pour réduire l’inflammation ont ainsi été prouvés scientifiquement.

De manière générale, les soins dont pourraient bénéficier les curistes souffrant du « syndrome post-COVID » associeront les soins hydrothermaux, rééducatifs et éducatifs. Le programme reste encore à établir, le sujet étant sur la table entre les acteurs de la filière thermale et l’assurance maladie. De plus, selon le Pr Roques-Latrille, la durée des soins thermaux pour contrer le « syndrome post-COVID » pourrait varier des trois semaines de cure habituelles : dans certains cas, deux semaines pourraient suffire, tandis que dans d’autres cas, un allongement des trois semaines pourrait être nécessaire.

 

Pour en savoir plus sur la cure thermale post-COVID-19, commandez gratuitement notre « Guide du voyage thermal 2021 » en cliquant ici.

© AdobeStock

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.