Comment nos affections varient en fonction de la météo ?

Dans 3 mars 2020

Vous avez l’impression que vos rhumatismes varient en fonction du climat ou de la météo ? Eh bien ce n’est pas qu’une impression. D’ailleurs, il existe même une pratique thérapeutique qui s’appuie sur le climat.

 

“Pourquoi j’ai mal aux genoux quand il pleut ?” ou l’impact du climat sur les affections

Pour commencer, qu’est-ce que le climat ? Selon le dictionnaire Larousse, il peut se définir comme l’« ensemble des phénomènes météorologiques qui caractérisent l’état moyen de l’atmosphère en un lieu donné ». Il s’articule autour de plusieurs éléments : température, pression atmosphérique, vent, humidité, rayonnement solaire, etc.

En parallèle, il est à noter que certaines pathologies peuvent être affectées par les variations de climat. En termes techniques, on appelle cela la climatopathologie ou la météoropathologie. Concrètement, pour reprendre le cas des rhumatismes, une étude scientifique a souligné que la température et l’humidité seraient à l’origine d’une grande partie des différences de douleurs ressenties par les personnes souffrant d’arthrose.

 

Exploiter les variations de météo

Venons-en à la climatothérapie. En fait, il s’agit d’exploiter les différents climats pour améliorer un état de santé. D’ailleurs, si elles n’existent plus officiellement depuis 2009, des stations climatiques, s’appuyant sur cette pratique, étaient implantées en France.

Cela étant, le climat reste une composante utilisée par certaines stations thermales. Ainsi, pour traiter l’asthme, il peut être recommandé de suivre une cure en altitude. En outre, les maladies relevant de l’orientation « affections psychosomatiques » (dépressions légères, insomnies, états anxieux) demandent un climat plutôt sédatif et protégé des vents.

D’ailleurs, d’après La médecine thermale – Données scientifiques, ouvrage coordonné par le Pr Roques et le Pr Queneau, « la cure thermale représente pour 75 % des patients une véritable cure climatique ». Les auteurs précisent, en effet, que les curistes viennent souvent de territoires urbains et profitent de l’environnement des stations thermales. Ces dernières se trouvant généralement à la campagne, à la montagne ou en bord de mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.