Séquelles d’AVC : une cure thermale pour mieux récupérer

Dans , 8 juin 2022

AVC cure thermale

Troubles du langage et de l’équilibre, pertes de mémoire, paralysies… Un accident vasculaire cérébral laisse souvent de nombreuses séquelles neurologiques. En complément des traitements médicaux classiques, la cure thermale post-AVC aide les patients à récupérer plus rapidement leurs capacités et leur autonomie.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) touche 150 000 personnes et provoque 40 000 décès par an en France. Près d’un tiers des victimes souffrent de lourdes séquelles motrices, cognitives et/ou sociales. Cette pathologie neuro-vasculaire représente ainsi la première cause de handicap non traumatique chez l’adulte, et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral ?

L’accident vasculaire cérébral ou attaque cérébrale survient lorsqu’une région du cerveau est subitement privée de sang et donc d’oxygène. On distingue deux types d’AVC :

  • l’AVC ischémique ou infarctus cérébral (85 % des cas), dû à l’obstruction d’un vaisseau sanguin par un caillot de sang ou une plaque de cholestérol ;
  • l’AVC hémorragique (15 % des cas), lié à une hémorragie cérébrale le plus souvent causée par une rupture d’anévrisme.

L’AVC se manifeste principalement par une déformation de la bouche, une faiblesse d’un côté du corps et des difficultés d’élocution. Ces signaux d’alerte peuvent s’accompagner de maux de tête intenses, de pertes d’équilibre et de troubles de la vision. L’AVC est une urgence absolue qui doit être prise en charge le plus rapidement possible pour limiter le risque de décès et de séquelles irréversibles.

Quelles sont les séquelles d’un AVC ?

Selon la taille et la localisation de la lésion, l’attaque cérébrale peut entraîner de nombreuses pathologies invalidantes :

  • troubles de l’équilibre et de la mémoire ;
  • paralysie totale ou partielle des membres, voire hémiplégie ;
  • aphasie (difficultés à parler et à écrire) ;
  • fatigue chronique ;
  • problèmes de vue ;

Une prise en charge médicale globale s’impose, dans laquelle s’inscrit la cure thermale contre les séquelles d’AVC.

Quels sont les bienfaits du thermalisme après un AVC ?

Les personnes atteintes de séquelles d’AVC peuvent suivre une cure thermale dans l’orientation thérapeutique « neurologie ». L’encadrement pluridisciplinaire et les soins à base d’eaux thermales riches en magnésium et lithium contribuent à :

  • améliorer la motricité ;
  • réguler les douleurs neuropathiques ;
  • renforcer l’équilibre ;
  • soutenir psychologiquement les patients ;
  • récupérer une plus grande autonomie et une meilleure qualité de vie ;
  • prévenir le risque de récidive d’accident vasculaire cérébral.

Bain immersif en eau thermale

La cure s’effectue sur prescription médicale (médecin traitant ou neurologue), lorsque le patient est stabilisé et a retrouvé un minimum d’autonomie. L’efficacité de la cure thermale est d’autant plus grande qu’elle est réalisée tôt. On constate généralement une récupération motrice chez les curistes dès le début du séjour.

En quoi consiste la cure thermale post-AVC ?

Des soins thermaux spécialisés en neurologie

La cure thermale neurologique exploite les bienfaits de l’eau minérale naturelle à travers des soins d’hydrothérapie individuels ou collectifs :

  • bains thermaux aux effets antalgiques et relaxants ;
  • douches thermales générales ou locales au niveau des membres pour stimuler la sensibilité et la mobilité ;
  • applications de boue thermale visant à soulager les raideurs articulaires ;
  • massages sous l’eau pour décontracter les muscles ;
  • rééducation en piscine d’eau thermale avec un kinésithérapeute.

Les cures thermales conventionnées de trois semaines offrent une prise en charge globale et personnalisée selon les besoins de chaque curiste.

Un programme spécifique post-AVC

En complément de la cure en neurologie, certains établissements thermaux proposent des soins et ateliers supplémentaires pour les victimes d’accidents vasculaires cérébraux :

  • activités physiques adaptées (APA) : assouplissement et renforcement musculaire, marche nordique, travail de l’équilibre, gymnastique douce, etc. ;
  • conférences médicales et diététiques pour lutter contre les facteurs de risque d’AVC : hypertension artérielle, excès de cholestérol, tabagisme, obésité… ;
  • séances d’ergothérapie pour prévenir les chutes ;
  • ateliers « mémoire » ;
  • gestion du stress et de la douleur à travers l’art-thérapie, la musicothérapie et la sophrologie ;
  • soutien psychologique et groupes de paroles pour les proches aidants.

Gym douce cure thermale

Où suivre une cure thermale pour les séquelles d’AVC ?

Vous pouvez faire une cure thermale post-AVC dans l’une des trois stations thermales françaises agréées en neurologie :

Pour tout savoir sur les démarches à effectuer pour préparer votre séjour thermal, consultez notre rubrique dédiée à l’organisation de la cure.

© AdobeStock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.