La médecine thermale : comment ça fonctionne ?

Dans 7 mai 2020

Aujourd’hui, on fait le point ensemble sur les effets du thermalisme sur les maladies chroniques, avec La médecine thermale.

Retour aux « sources » grâce à la rubrique « Thermalisme et maladies chroniques », disponible sur la chaîne YouTube de La médecine thermale. Un épisode spécial est consacré au service médical rendu par le thermalisme aux maladies chroniques. C’est le Pr Christian-François Roques, membre de l’Académie nationale de médecine, professeur de médecine physique et de réadaptation et président du conseil scientifique de l’AFRETh (Association française pour la recherche thermale), qui nous en parle le mieux.

Tout d’abord, une petite piqûre de rappel : la médecine thermale, c’est l’utilisation à des fins thérapeutiques de l’eau minérale naturelle et de ses dérivés (vapeur, gaz, boue) sur les lieux mêmes de leur émergence. Cette thérapeutique, bien que complexe, utilise des moyens naturels de trois manières différentes. Le Pr Christian-François Roques nous explique tout… 

1) Première manière : la boisson

Comme l’explique le professeur, leau minérale naturelle peut avant tout être bue et cette cure « est indiquée essentiellement dans les affections métaboliques, digestives et dans les affections urinaires». Cette ingestion d’eau minérale naturelle peut être considérée « comme une pharmacothérapie, dont l’effet va dépendre à la fois du volume d’eau ingéré, mais également de la nature et de la quantité des éléments minéraux qui y sont présents ».

2) mise en contact direct de l’eau sur les tissus lésés

Cette deuxième pratique peut répondre aux « problèmes dermatologiques, affections des voies respiratoires ou encore affections du tractus gynécologique ou digestif dans sa portion inférieure ». C’est la nature même de l’élément minéral qui aura là aussi une dimension thérapeutique particulière. 

3) les effets chimiques de l’eau minérale

Ce troisième cas de figure concerne cette fois-ci les cures « dans l’appareil locomoteur, dans les affections neurologiques, dans les affections liées au stress ou encore vasculaires». Le but ici est de plonger le corps dans l’eau ou de lui appliquer des produits hydrothermaux. « À ce moment-là, il va y avoir des actions physiques, liées à l’immersion, à sa propriété et à la chaleur, mais également un passage d’éléments minéraux à travers la peau qui, comme on sait, est extrêmement perméable ». Ils ajoutent ainsi une dimension thérapeutique supplémentaire à la cure thermale.

© Freepik

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.