Idée reçue n °6 : la cure thermale, c’est des vacances

Dans 18 janvier 2022

Dernière mise à jour le 29 mars 2022.Cure thermale idée reçue

L’Officiel du Thermalisme s’attaque aux idées reçues qui gravitent autour des cures thermales. Médecine thermale, curistes, thermes… Nous décryptons tous les sujets pour rétablir la vérité. Le préjugé du jour ? Les cures thermales, ce sont des vacances aux frais de la Sécurité sociale.

Le fait que la cure thermale soit considérée comme des vacances tous frais payés par la Sécurité sociale est une idée commune à beaucoup de personnes. Mais d’où vient-elle ? Le format de la cure doit sûrement être la source de cette réflexion. En effet, avec trois semaines entières de soins qui durent en moyenne deux heures par jour, certains s’empressent de dire que les curistes, finalement, « se la coulent douce ».

Pourtant, lorsque l’on s’intéresse d’un peu plus près au sujet, on comprend que c’est loin d’être le cas. Et que la cure thermale représente un véritable coût pour les patients. C’est d’ailleurs ce que nous allons vous expliquer ici.

À lire aussi :  Idée reçue n° 5 : cure thermale et thalasso, c'est la même chose

La cure thermale : une véritable démarche de soins…

Il faut savoir que la cure thermale est une discipline médicale reconnue par l’Académie nationale de médecine. Le thermalisme a effectivement fait l’objet de plusieurs projets de recherche qui ont démontré le « service médical rendu » des cures thermales.

Dans le fond

De ce fait, la cure thermale conventionnée doit être impérativement prescrite par un médecin ou un spécialiste, dans un établissement thermal agréé. Le patient ne choisit donc pas son lieu de cure puisque la station thermale désignée doit pouvoir prendre en charge sa pathologie. En effet, le centre thermal doit être en mesure de traiter la maladie qui s’inscrit dans une ou plusieurs des 12 orientations thérapeutiques reconnues par la Sécurité sociale.

À lire aussi :  Peut-on changer de lieu de cure thermale d'une année à l'autre ?

Ainsi, lorsqu’un malade chronique part en cure thermale, il le fait dans le simple but de :

  • soulager ses douleurs physiques (articulaires, viscérales ou vasculaires) ;
  • augmenter ses capacités fonctionnelles ;
  • diminuer sa consommation médicamenteuse ;
  • et améliorer sa qualité de vie.

De plus, les soins thermaux administrés sont souvent source de grande fatigue durant la cure thermale. Ils se focalisent en effet sur la pathologie et ses symptômes, via l’action de l’eau thermale sur l’organisme, ce qui s’avère parfois éprouvant pour le corps.

Jet d'eau thermale

Dans la forme

Le format de trois semaines est par ailleurs nécessaire pour s’assurer de l’efficacité des soins à base d’eaux thermales. Cela permet notamment au curiste de se reposer entre les soins et de prendre le temps de se relaxer et de décompresser, ce qui est primordial dans la prise en charge de la maladie.

À lire aussi :  Quelle est la meilleure période pour partir en cure thermale ?

Les stations thermales étant pour la plupart localisées près de sources montagneuses, le cadre naturel permet au curiste de couper avec son quotidien habituel. De nombreuses activités sont d’ailleurs proposées aux curistes pour les aider à se vider l’esprit et se déconnecter de la maladie, dans laquelle ils se retrouvent parfois enfermés.

… qui coûte de l’argent

Il est vrai, la Sécurité sociale prend en charge en partie la cure thermale. Mais si l’on décortique les modalités de cette prise en charge, on comprend très vite que la cure représente un investissement important malgré tout.

En effet, l’Assurance maladie rembourse les soins thermaux à hauteur de 65  % et le suivi médical à hauteur de 70 %. Le reste est à la charge du curiste – sauf si la mutuelle en complète une partie. Au-delà du côté médical, l’hébergement pour les trois semaines de séjour thermal ainsi que le transport restent majoritairement à la charge du curiste (excepté dans le cas d’une ALD, d’une maladie professionnelle ou d’un accident de travail).

À lire aussi :  Idée reçue n°2 : la cure thermale, c'est pour les riches

Concrètement, un curiste débourse 1 100 euros en moyenne de sa poche. Il est à noter également que la cure thermale n’implique pas un arrêt de travail et doit s’effectuer sur 18 jours de congé.

Guide de la cure thermale 2022

Pour les derniers réfractaires qui estiment que la cure thermale constitue une dépense inutile pour l’Assurance maladie : le coût du thermalisme ne représente que 0,15 % des dépenses annuelles de la Sécurité sociale. De plus, les bienfaits de la cure thermale permettent au patient de réaliser des économies sur le long terme avec une réduction de certaines dépenses de santé : médicaments, hospitalisations, séances thérapeutiques, etc.

Et vous, avez-vous déjà entendu dire que la cure thermale était des vacances ? Qu’en pensez-vous ?

© AdobeStock

14 commentaires

  • Bonjour je voudrais juste revenir sur la question n°6, où vous dites que les frais de transport et hébergement sont pris en charge par la sécurité sociale en cas d’ALD : ce n’est plus exact depuis quelques années car même dans ce cas d’ALD les prestations supplémentaires sont soumis à un plafond de ressources à ne pas dépasser.

  • Strobel dit:

    La cure thermale n’est pas des vacances.Les soins sont pris en charge par la SS pour ALD.Le reste est à notre charge. Frais de route,hébergement,tout à un coût.
    Fatigué,donc repos.Un peu de relâche le week-end week-end.

  • JJacques Gandon dit:

    Depuis 10 ans que je vais en cure je ne pense pas que celle-ci soit des vacances. Certes c’est l’occasion d’associer soins qui me font beaucoup de bien et randonnées, n’y étant pas allé 2 fois de suite pour cause Covid , j’ai ressenti nettement le manque sur ma pathologie. j’y suis vite retourné en septembre 2021 , tout s’est trés bien passé et bien organisé, vivement avril 2022 pour reprendre les soins.

  • REMY Francine dit:

    Après quatre interventions chirurgicales au niveau de la colonne vertébrale, si je ne faisais pas de cure thermale en rhumatologie, je serais dans l’obligation de prendre régulièrement des anti-inflammatoires et autres antalgiques pour soulager les douleurs, comme ce fut le cas en 2020. Dire que la cure serait des vacances est exagéré. Cette rengaine ne date pas d’hier, et dans une période d’austérité, ce que l’on peut craindre c’est un déremboursement de tout ou partie des soins. Pour moi, qui me rend à Saint Paul les Dax, ce sont 2070 km aller et retour, plus les frais de péage, et l’hébergement et rien de tout cela n’ est pris en charge par la sécu (mais je ne demande rien) et contrairement aux idées reçues, nous ne nous rendons pas à la guinguette l’ après-midi.

  • Serge dit:

    La cure = SOINS, donc, ce n’est pas des vacances même si une petite balade est réalisée le Dimanche, seul jour sans soins. Le reste du temps, c’est repos et cela fait du bien

  • THUAULT Anne-Marie dit:

    Pour moi la cure n’est pas des vacances…d’accord je visite le week-end mais tous les jours repos. Pas fait de cure en 2021, mon corps me le fait savoir aïe aïe

    • tapin dit:

      c’est bien vrai une cure thermale ce m’est pas des vacances peut importe ou on va repos pour avoir les bien fais de cette cure et ca coute assez chère la sécurité sociale me prend pas tous en charge comme beaucoup de gens pense vivement août que je fasse ma cure j’ai hâte avec toute cette humiditer en ce moment

  • Bouhet dit:

    Comment pouvez-vous proposer vos cures alors que le pass vanication est obligatoire.

    • JOEL DIDIER dit:

      Tout d’abord, jusqu’à preuve du contraire, l’Officiel du Thermalisme ne propose pas de cure. Il conseille, il informe au mieux en fonction de vos pathologies. Seul votre médecin peut vous « proposer » une cure si vous en faites la demande. Deuxième point: puisqu’apparemment vous n’êtes pas vacciné, c’est donc que vous ne croyez pas aux vertus des vaccins. Alors pourquoi croire aux vertus des cures dont vous ne pourriez pas profiter sans pass vaccinal. Quant au pass « VANICATION » dont vous faites état, il n’est obligatoire qu’au Bois de Boulogne par exemple, mais pour « niquer », on appelle plutôt ça, un préservatif. Bonne cure quand même !!!

  • Anne-Elisabeth dit:

    Non, la cure ce n’est pas des vacances. J’en ai besoin pour ne pas être en arrêt de travail le restant de l’année. De plus, cela me permet d’avoir moins de médicaments à prendre. Le restant à ma charge : hébergement, transport… est d’environ 2300 €.

  • TOUSSAINT ELISE dit:

    Non, faire une cure, c’est fatiguant, mais les bienfaits sont réels. Le covid ne m’a pas permis d’y aller ces 2 dernières années et les douleurs sont revenues de plus belle. Je n’ai plus que les anti inflammatoires et la kiné pour me soulager

  • dedieu dit:

    bonjour Alors non Une cure ce n’est pas du tout des vacances ! ce sont des soins qui nous font du bien car nous avons une ou plusieurs pathologies qui demandent des soulagements que la cure nous apporte. En 2020 pas de cure et bien les douleurs sont revenues plus fortes En 2021 tout s’est très bien déroulé, le protocole est sérieux et chacun a pris soin de respecter les consignes Vivement la cure de 2022

  • DELPIERRE dit:

    oui, d’ailleurs la législation a changé. Plus de congé maladie mais pose de congés annuels ! Tout est dit !

  • edith buniet dit:

    pas du tout pour moi , je vais en cure pour les soins qui me font du bien ..
    je ne suis pas allée en 2020 , dû au covid , je l’ai ressenti ..je suis vite retournée en 2021 , tout s’est trés bien passé et bien organisé ..cette année je retourne …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.