Assises du thermalisme : c’est quoi, plan thermal, impact pour les curistes

Dans 10 juin 2022

assises du thermalisme

Les Assises du thermalisme se sont tenues le 25 mai dans la station thermale de Jonzac afin d’élaborer le plan thermal 2022-2028 de Nouvelle-Aquitaine. Qu’est-ce que cela signifie ? Quels changements sont à prévoir ? Décryptage.

La Nouvelle-Aquitaine compte plus de 15 stations thermales sur son territoire avec un total de 28 établissements thermaux et une fréquentation de plus de 150 000 curistes en 2019. Ces chiffres font d’elle la deuxième région thermale la plus fréquentée de France.

Afin de promouvoir au mieux le thermalisme en Nouvelle-Aquitaine, les acteurs du secteur travaillent en synergie. Ils se sont d’ailleurs réunis le mercredi 25 mai dernier, dans la station thermale de Jonzac, à l’occasion des Assises du thermalisme.

À quoi servent les Assises du thermalisme ?

La première édition des Assises du thermalisme s’est déroulée au Centre des congrès de Haute-Saintonge, à Jonzac. Elle a rassemblé plus d’une centaine de personnes, liées de manière directe ou indirecte au thermalisme en Nouvelle-Aquitaine :

  • centres thermaux ;
  • offices de tourisme des stations thermales ;
  • médecins thermaux;
  • universitaires de Bordeaux et Limoges notamment ;
  • instances nationales du thermalisme : Conseil national des établissements thermaux (CNETh), Fédération thermale et climatique française ;
  • acteurs du développement durable et de l’innovation ;
  • conseil régional ;
  • élus du tourisme ;
  • etc.

Le but de l’événement était de « prolonger et de renouveler le plan thermal 2018-2022, mis en application à la suite de la fusion des régions en 2016. L’objectif principal consistait à poursuivre les actions déjà menées et à alimenter les réflexions sur le futur plan thermal », indique Laurence Delpy, directrice du cluster thermal AQUI O Thermes.

Julien Bazus, conseiller régional délégué au thermalisme et présent à l’événement, ajoute : « Pour construire ce nouveau plan, nous avons fait le choix de la concertation, des rencontres, des échanges : de la co-construction. »

Le plan thermal 2022-2028, c’est quoi ?

De manière globale, le plan thermal de Nouvelle-Aquitaine sert à renforcer le positionnement des cures thermales de la région. Il recense des actions concrètes à mettre en place au niveau des centres thermaux et des stations thermales. Le but est de promouvoir l’activité thermale du territoire en mettant l’accent sur le parcours santé des curistes, comme le précise Julien Bazus : « La Nouvelle-Aquitaine a fait le choix de s’orienter principalement vers un thermalisme de santé. Nous sommes en effet déjà dans une forme de diversification de nos activités. La presque totalité de nos stations thermales ont déjà développé du thermoludisme, des saunas, des hammams, des lieux de détente, etc. »

Le plan thermal 2022-2028 reprendra se basera sur cinq axes principaux :

  1. le maillage des stations thermales à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine : quelle image véhiculer tout en transformant et en accompagnant les stations ;
  2. la formation du personnel des cures thermales: recrutement sur certains métiers (médecins thermaux, kinésithérapeutes) et mise en place de nouvelles qualifications (agents thermaux, etc.) ;
  3. le thermalisme durable: comment préserver les ressources en eaux thermales et mieux utiliser l’énergie dans les centres thermaux ;
  4. l’évolution du modèle thermal : s’adapter aux nouvelles demandes et aux besoins naissants ;
  5. l’innovation sous toutes ses formes : recherche sur de nouvelles pathologies, évolution des soins thermaux, outils d’accompagnement pour les curistes, etc.

Les propositions intégrées au plan thermal 2022-2028 seront rédigées cet été pour un vote définitif à la plénière de l’automne, avec le Conseil régional.

Quels changements pour les cures thermales ?

Concrètement, les pistes avancées pour le plan thermal 2022-2028 de Nouvelle-Aquitaine consistent à :

  • attirer une clientèle plus jeune dans les centres thermaux ;
  • se connecter davantage au monde sportif  : déterminer l’impact des boues, des eaux ou encore des argiles sur certaines pathologies du sportif ;
  • adapter la durée des cures thermales en fonction de l’âge et la pathologie : cures fractionnées, cures plus courtes, etc ;
  • travailler sur le préventif : « Aujourd’hui, nous sommes beaucoup dans le curatif. Alors qu’anticiper et prévenir, c’est important. Si les patients arrivaient plus tôt, on serait capable de mieux traiter leurs pathologies » précise le conseiller régional délégué au thermalisme.
  • innover sur le traitement de nouvelles pathologies comme l’explique Laurence Delpy : « Le thermalisme peut être une réponse au Covid long dans le cadre des cures longues. Cela implique la création de nouvelles orientations thérapeutiques ».
  • assurer la transition écologique des établissements thermaux ;
  • accentuer la formation pour répondre aux besoins de recrutement.

Et vous, qu’attendez-vous du nouveau plan thermal pour la Nouvelle-Aquitaine ? Partagez vos réflexions en commentaire !

© AdobeStock

3 commentaires

  • FOLKEN dit:

    On va dans le bon sens : un gisement d’emplois d’avenir, des opportunités d’investissement éthique et une baisse des dépenses de santé. En bref, une amélioration du bien-être général.

    Répondre moderated
  • remarque judicieuse que j’appuie .De plus ,des locations en centre ville serait un plus pour des personnes sans trop de moyens de locomotion.
    De plus ,des SOINS de cures post cancer devraient être prises en charges par la sécu et mutuelle.Je ne rentre pas ce qui est conseils diététiques ou autre comme la marche etc….MAIS des massages ,piscine ,psycho etc :des soins médicaux et para-médicaux .
    Pour les agences de tourisme :développer des activités (avec des réductions )pour les consommateurs curistes :boulangerie ,traiteur etc…et loisirs :ciné ,spectacles ….
    Développer des festivités plus importantes pour les curistes ,les touristes en profiteraient .
    Ne pas oublier que le curiste fait vivre du personnel de soins,alimente le budget de fonctionnement de l’établissement et celui des artisans de la ville ou village

  • niaux dit:

    Il serait bon d’associer les investisseurs immobiliers liés à la location, pour ne plus voir des logements inférieurs à 40 m2, voir des lits jumeaux de 90, et des douches italiennes de 80 cm au carré. Nous ne sommes plus au début du 20° s.

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.