Crise énergétique : comment les centres thermaux prévoient d’y faire face ?

Dans 18 octobre 2022

Crise énergétique centre thermal

Les centres thermaux français comptent lutter contre la crise énergétique pour assurer la saison thermale 2023. Cela passe par un changement du côté des dates d’ouverture des thermes ou encore par la réduction des températures durant les soins.

Depuis plusieurs semaines maintenant, la France, ainsi que l’Europe, traversent une véritable crise énergétique. Gaz, électricité, essence… Les prix de l’énergie augmentent et cela a un impact direct sur de nombreux secteurs d’activité, comme cela a pu être le cas des piscines municipales.

Les 113 établissements thermaux de l’Hexagone ne sont pas non plus épargnés par l’envolée des prix de l’énergie. En effet, leurs systèmes d’exploitation d’eaux thermales nécessitent une quantité considérable d’énergie. Alors, la crise énergétique aura-t-elle un impact sur la saison thermale 2023 ? Comment les thermes comptent-ils s’y prendre pour réduire le coût de leur facture ?

Pour répondre à ces questions, le Conseil National des Établissements thermaux (CNETh) a établi, le 6 octobre dernier, un plan de sobriété énergétique pour le secteur, en continuité de celui avancé par le gouvernement.  Nous avons également interrogé les centres thermaux pour connaître les actions qu’ils comptent mettre en place afin de réduire leur facture énergétique.

1.    Organiser différemment les plannings de soins

Alors que le plan de sobriété énergétique gouvernemental incite les établissements thermaux à « optimiser les plannings et les parcours de soins en vue de limiter […] la plage quotidienne d’ouverture des établissements », le CNETh préconise dans un communiqué « l’accueil des curistes plus tôt en fin de saison et plus tard en début de saison ».

Raccourcir la saison thermale

Le 6 octobre dernier, Claude-Eugène Bouvier, délégué général du CNETh, précisait, lors de la présentation du plan de sobriété énergétique du secteur thermal à Porte de Versailles : « Nous fonctionnons huit à neuf mois en moyenne dans l’année et nous pensons que nous pouvons avancer la date de fermeture d’une semaine dans la plupart des stations thermales et retarder de la même façon la date d’ouverture, de sorte à gagner une ou deux semaines sur des périodes très énergivores. »

Planning de soins cure thermale

De ce fait, le centre thermal et l’espace bien-être d’Allevard-les-Bains (Isère) fermeront, par exemple, leurs portes en période de froid, de novembre à mars. C’est également le cas des Grands Thermes de La Bourboule (Puy-de-Dôme) qui décaleront leur date d’ouverture « afin de réduire la saison de chauffe ». Le centre thermoludique d’Argelès-Gazost (Hautes-Pyrénées) fermera également ses portes au 5 novembre, et non à la fin du mois comme à son habitude. Du côté de Cauterets (Hautes-Pyrénées), le centre de thermoludisme sera désormais fermé le matin, du lundi au vendredi, hors période de vacances scolaires.

Les thermes de Capvern-les-Bains (Hautes-Pyrénées) envisagent, de leur côté, de réduire leur amplitude horaire pour 2023. Le but serait d’ouvrir le centre thermal à partir de 7h30 voire 8 heures, au lieu de 7 heures habituellement.

Optimiser les espaces de soins

Certains établissements thermaux centralisent dorénavant les soins, notamment lorsque la fréquentation est moins importante. C’est le cas de celui d’Allevard-les-Bains qui ne souhaite plus avoir des unités à demi pleines. Il en va de même pour les Grands Thermes de La Bourboule qui souhaitent optimiser leurs espaces de soins en fonction de leur fréquentation.

2.    Réduire la température durant les soins

Un autre élément avancé par le plan de sobriété énergétique du gouvernement concerne la température ambiante durant les soins. En effet, ce dernier préconise de réduire cette dernière de 1°C. Par exemple, sur la partie remise en forme, les thermes de Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées) ont réduit d’un degré la température de leur eau. Cela en va de même pour le centre thermoludique d’Argelès-Gazost qui a réduit ses soins, à base d’eau thermale, de 1°C.

La réduction de température concerne également les zones administratives et techniques des thermes (hors soins), comme l’explique le CNETh dans son communiqué. À cet effet, les thermes d’Allevard-les-Bains prévoient, par exemple, d’appliquer des contrôles de température de maximum 19°C dans leurs bureaux.

Réduire la température des soins en cure thermale

3.    Minimiser l’éclairage dans les centres thermaux

« L’éclairage des bâtiments pourrait constituer un axe privilégié de réduction de l’énergie, au travers de la recherche de sources moins consommatrices, de l’installation d’automates (détecteurs de présence, …), etc. », mentionne le CNETh dans son communiqué sur son plan de sobriété énergétique.

À ce propos, les thermes de Salins-les-Bains (Jura) ont déjà coupé une partie de leur éclairage extérieur. Les thermes de La Roche-Posay (Vienne) ont, quant à eux, installé des détecteurs de mouvement sur les luminaires dans les zones de fréquentation réduite. Cela est le cas également des thermes de Luz-Saint-Sauveur dans les zones de soins ou de toilettes.

Le bâtiment des thermes de La Roche-Posay possède également des éclairages LED basse consommation, tout comme les Grands Thermes de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées). Le centre thermal de La Bourboule prévoit des travaux pour économiser de l’énergie, notamment l’installation de 1200 m² de toiture photovoltaïque sur le bâtiment des thermes.

4.    Favoriser une meilleure gestion de la ressource en eau

Enfin, le plan de sobriété énergétique du gouvernement souhaite « accélérer la valorisation énergétique de l’eau thermale, lorsque sa température d’émergence le permet, par la récupération des calories […] et par l’utilisation de l’eau thermale comme source de chauffage ».

Pour chauffer l’eau thermale

En ce sens, une poignée d’établissements thermaux ont réalisé des travaux conséquents pour optimiser la gestion de leur ressource en eau thermale et la réutiliser. Par exemple, les thermes de Vals-les-Bains (Ardèche) ont installé une pompe à chaleur qui permet, grâce à un échangeur, de récupérer la chaleur de l’eau usée pour préchauffer l’eau thermale destinée à entrer dans le système. L’établissement thermal de Salins-les-Bains est actuellement en train de réaliser une étude pour effectuer les mêmes démarches.

C’est également le cas du centre thermal Les Thermes à Dax. L’installation d’un groupe froid, courant 2021, a permis à l’établissement de réduire sa consommation d’eau de 20 % et de diviser par 4 sa consommation de gaz. En effet, la chaleur générée par le fonctionnement du système de refroidissement, permet de chauffer et de conserver la chaleur de la source d’eau thermale utilisée ensuite pour les soins.

L’optimisation de la chaleur est aussi valable pour la traitement du linge des établissements thermaux, comme cela est le cas pour le centre de Cauterets. En effet, il s’agit d’un poste très énergivore et le centre a mis en place un système de sèche-linge à vapeur qui est préchauffé à l’eau thermale.

Gérer la ressource en eau en cure thermale

Pour chauffer l’établissement thermal

D’autres centres thermaux prévoient d’exploiter l’eau thermale déjà utilisée pour alimenter le système de chauffage. Les thermes de Borda, à Dax (Landes), envisagent de leur côté de récupérer les calories de l’eau thermale, qui arrive directement dans leurs réseaux à 60°C, pour chauffer l’établissement.

Cela est également le cas des thermes de La Roche-Posay, comme l’explique Julien Prince, directeur du centre thermal : « Un système de récupération des calories de l’eau thermale chauffée dans le cadre des soins permet de chauffer le bâtiment, au moyen de pompes à chaleur, tout en refroidissant l’eau thermale. » Cette dernière est ensuite filtrée pour permettre d’arroser le golf de La Roche-Posay, situé sur le champ captant.

 

Les établissements thermaux envisagent d’autres actions spécifiques, telles que de nouveaux travaux d’isolement ou encore des actions de sensibilisation auprès de leur personnel, pour gérer au mieux les effets de la crise énergétique. Le but premier étant d’assurer la saison thermale 2023, alors même que 25 % des curistes ayant déjà réservé leur cure thermale prévoient de réaliser des économies sur place.

© AdobeStock


Sources :

  • Communiqué de presse du Conseil national des établissements thermaux, Plan de sobriété énergétique dans les établissements thermaux, 6 octobre 2022
  • Ministère de l’économie des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, Plan de sobriété énergétique pour les centres thermaux, 6 octobre 2022
  • Entretiens avec les thermes d’Allevard-les-Bains, La Bourboule, Dax – Borda, Dax – Les thermes, La Roche-Posay, Salins-les-Bains, Vals-les-Bains, des thermes de l’association Therm’Ô 65 (Argelès-Gazost, Bagnères-de-Bigorre, Capvern-les-Bains, Cauterets, Luz-Saint-Sauveur), La Chaîne Thermale du Soleil, Valvital Grand-Est.

10 commentaires

  • marie dit:

    Comme vous dite pas le choix je viens de lire qu’il planche sur la faite de me plus rembourser les cures thermales alors après beaucoup de gens profite du 100%POUR100%et serais bien dommage de pénaliser des gens qui on en bien besoin pour ma part je paye 40%de ma poche et j’écomonise toute une année pour venir en cure et j’essaie de prendre une bonne mutuelle mais bon tous le monde ma pas le choix

  • Agrebi dit:

    Bravo pour ces précisions sur la gestion des ressources humaines et matérielles

    Répondre moderated
  • Ramskindt Bernard dit:

    Les économies d’électricité doivent se faire en priorité sur les éclairages publique , commerce , stade , aeroport , et bien d’autres et ensuite les établissements thermaux

    Répondre moderated
  • marie dit:

    Très bonne idée de m’ouvrir qu’en avril et fermer en octobre ? s’il faut faire des economies on le fera moi je fais ma cure en août et ca me gêne pas plus chaqu’un sa cure de toute façon on pas son mot a dire et il faut faire avec déja contente de pouvoir partir en cure

  • Cavaille Marie dit:

    De tres bonnes initiative pour economiser l electricite Depuis longtemps cela aurait du etre fait de recuperer les eaux thermales usees ou perdues pour chauffer ….J habite pres d’Amelie les Bains et depuis des annees je profite de la station Thermale (aquagym et cure des actifs chaque annee ) J ai de l »arthrose aux genoux et aux doigts .Durant le confinement plus d’aquagym et plus de cure mon arthrose est devenue douloureuse et mes doigts ce sont deformes….Conclusion l »eau Thermale ne guerit pas les rhumatismes mais les soulage et empeche leur progression en faisant beaucoup de bien au corps grace a son effet relaxant ce qui n ‘est pas le cas des medicaments allopathiques ….On pourrait se poser la question Pourquoi le remboursement de la residence durant la cure Thermale n’est plus rembourse Pour revenir a l’energie a Amelie les Bains par exemple dans le haut Vallespir plusieurs petits barrages producteurs d’electricite ne fonctionnent plus ….Pourquoi???

    Répondre moderated
  • Rochas dit:

    Fait cure à Brides les Bains début septembre et ai pris froid car l’eau des soins était très froide de même que les couloirs et salles d’attente.Beaucoup de curistes se sont plainds et ont eu des problèmes de santé😕les soins n’ont pas eu l’efficacité qu’ils auraient dû avoir !

    Répondre moderated
  • GIRARD Mireille dit:

    Dommage que les Centres de cure Thermal soient obligés de réduire leur période de soins. Souvent, il y a déjà beaucoup de monde, nous avons l’impression d’être un numéro et c’est regrettable. Tout ça n’est pas évident pour personne

    Répondre moderated
  • BORDES dit:

    Les économies d’électricité, déjà en vigueur à Bourbon Lancy : tout à fait normal. Cette année, il y a fait un temps exceptionnel !

  • Françoise dit:

    Il ne faut pas toucher aux centres de cure thermal, c’est un besoin essentiel pour de nombreux patients, il faut en tenir compte Françoise

    Répondre moderated
  • Alice MECHIN dit:

    Ces mesures que je viens de lire me semblent raisonnables, par contre il est hors de question de réduire les températures de soins, douches et baignoires sulfureux, jets passants pour une bonne efficacité de santé. La réduction de la période sur l’automne m’ennuirait aussi, mais on va s’adapter, pas le choix.

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.